Allocution de Bienvenue prononcée à la
1ère Conférence Européenne sur le racisme anti-Noir
par
Carmel Fröhlicher-Stines, Présidente du CRAN



Monsieur le Conseiller d'Etat;
Monsieur le Rapporteur de l'Onu;
Monsieur le Président de la Commission Fédérale des Etrangers;
Monsieur le Président du Conseil du Grand Saconnex;--
Madame la vice-Présidente de la Commission Fédérale contre le Racisme;
Monsieur Meinrad Studer de la Direction du développement et de la coopération;
Madame Nathalie Prouvez du Comité de l'Onu pour l'élimination de la discrimination raciale;
Monsieur Pierre Sob du Haut Commissariat aux Droits de l'Homme;
Madame Marilia Schüller, Centre Oecuménique des Eglises;

Honorables invités qui avez fait le déplacement de si loin pour être aujourd'hui parmi nous;
Madames, Messieurs;
Nous voudrionsvous souhaiter la bienvenue. Votre présence ici est la preuve que la problématique dont il sera question tout le long de ces deux (2) jours vous tient également à coeur.
Le Carrefour de réflexion et d'action contre le racisme anti-Noir, le Cran est une organisation qui a vu le jour le 23 mars 2002 presque, une année après la Conférence de Durban en 2001 oü, pour la première fois il a été décidé d'accorder une attention particulière à la parole des victimes;
Nous avons appelé cette conférence la première conférence sur le racisme anti-Noir pour deux (2) raisons: la première raison c'est parce qu'elle est effectivement la première sur ce thème en Europe. La deuxième raison, est que nous espérons ouvrir une porte à une série de rencontres ici ou dans d'autres villes européennes oü les communautés noires se rencontres pour s'organiser, se connaître, échanger les expériences communes et faire des propositions concrètes aux Autorités des pays oü ils vivent en ce qui concerne le combat contre le racisme anti-Noir.
La vie dans un contexte multiculturel n'est pas toujours facile mais elle est possible. Pour qu'elle  soit vivable il faut que les droits de chacun soit respecté quelle que soit la couleur de la peau. Nous vivons en Europe, nos enfants et leurs enfants vivront ici. Ce fléau qui est le racisme est combattable, il faut qu'elle soit combattu pour qu'une cohabitation réussie ne sera possible que, quand un respect mutuel existera entre Noirs et Blancs. Quand l'homme et la femme noire pourrons marcher dans les rues de la Suisse ou de n'importe quel pays d'Europe sans être pris pour un vendeur de drogue ou un objet sexuel et sans avoir peur d'être contrôlé puis brutaliser par les policiers.
L'un des buts de cette conférence doit être de formuler des propositions concrètes aux acteurs sociaux et aux gouvernants des différents pays. Nous avons le droit et même l'obligation de dénoncer ces actes discriminatoires qui nous volent notre dignité. Il s'agit là de mener un combat très difficile. Ce combat contre le racisme anti-Noir, nous ne pouvons pas et ne devons pas le mener seul. Il est le combat de tous, ça réussite ne dépend pas seulement d'un "powerment" de la population noire mais aussi d'une sensibilisation des populations majoritaires en Europe.
La réalisation de cette conférence qui représente un grand évènement pour nous a été rendue possible grâce à la générosité de ceux qui croient dans notre cause et croient que notre cause est juste et qu'elle mérite d'être entendue et soutenue.
Nous tenons ici à remercier nos donateurs:
- La ville de Genève;
- Le Bureau de l'Intégration des Etrangers de Genève,
- Le Centre oecuménique des Eglises;
- L'Action de carême;
- Le Bureau de l'Intégration de la ville de Bâle;
- Suissaid,
- L'Eglise Reformée française de Berne;
- La Mission permanente du Congo et les personnes individuelles:
- M. Melchor Nchama,
- M. Peter Fröhlicher;
- L'Organisation Women of Black Heritage et PARde Bâle ville.
Nous adressons un remerciement spécial à Monsieur et Madame Lilian Thuram de nous honorer de leur présence. Nous apprécions particulièrement leur engagement dans la lutte contre le racisme anti-Noir et le fait qu'ils ne menagent aucun effort pour soutenir ce combat. Merci
Nous voudrions que cette rencontre soit un lien d'écoute réciproque, une discussion conviviale desquelles vont sortir des résolutions qui puissent donner réellement un autre visage à la lutte que nous menons dans nos pays respectifs.
Je vous remercie et vous renouvelle nos chaleureux souhaits de bienvenue.